14/05/2017

DONALD TRUMP, CE CLOWN!

DONALD TRUMP, CE CLOWN!

 

Voilà! Il a démis de ses fonctions James COMEY, directeur du FBI. À cause de l’affaire des mails d’Hillary Clinton. Ce directeur du FBI aurait fait quelque chose de tout à fait contraire à l’éthique, et ce départ forcé est justifié, car comment faire confiance à quelqu’un, à la tête de la principale organisation de défense et de sécurité intérieure de l’Amérique, qui aurait commis une telle faute?

 

Surtout que quand l’affaire des mails conservés sur un server privé, de Hillary Clinton, a été révélée au grand public un peu avant les élections américaines en novembre 2016, le candidat Trump avait, sur la base d’informations fragmentaires, déclaré haut et net que la place de la candidate démocrate était en prison.

 

On ne peut pas dire du président américain qu’il cogite rapidement; car, s’il lui a fallu 7 mois pour se rendre compte que COMEY avait commis une erreur sur le plan de l’éthique, à moins d’un métabolisme neuronal particulièrement lent, le président aurait pu l’envoyer paître, ce directeur du FBI inconvenant, depuis le 21 janvier 2017.

 

D’accord, on connaît le président, sa manière approfondie et méticuleuse d’appréhender les problèmes afin de trancher avec le plus large consensus possible. Bref, il a pris tout son temps, le président fraîchement élu. Ensuite, il a décidé en son âme et conscience, comme il sied à un président en titre de la nation économique la plus puissante de la planète, et il a tranché, clair et net, au bistouri!

 

Et, question de consensus, il a réussi puisqu’il s’est attiré les foudres de tous ces jaloux, ces pervers intellectuels de gauche, ces créateurs de fake news, ces snobs de la Côte Est qui ne supportent pas un président nature comme l’aime la Nation blanche et la culture dominante des United States of America: Love it or leave it!

 

Tous des mauvais perdants! BAD LOSERS!

 

COMEY devait partir parce que, à trois reprises, le président Trump lui avait demandé si on enquêtait sur son compte à LUI LE PRÉSIDENT DANS L’AFFAIRE DES CONTACTS DES GENS DE SON ÉQUIPE AVEC DES RUSSES, PRÉALABLEMENT AUX ÉLECTIONS. Et, ce fumier de directeur de FBI, ce faux jeton, avait répondu par la négative, à trois reprises. Impensable! Quel menteur, quel FAUX JETON!

 

Je le dis franchement, en tant que démocrate, un directeur d’une organisation américaine de sécurité intérieure qui enquête ou ordonne à ses agents d’enquêter contre des proches d’un président en titre, ou contre le président en personne, c’est immoral, c’est malsain, cela fait penser à une vendetta personnelle. C’est tout à fait contraire à l’éthique trumpienne!

 

Un directeur du FBI est là pour s’entendre ordonner ce qu’il peut et ne pas faire {un YES man}. Espionner un président ou son entourage, cela fait penser aux plus mauvaises périodes de l’histoire contemporaine. À cet égard, on pourrait faire un rapprochement avec Heydrich qui avait un dossier sur Hitler. Ou cette malencontreuse Commission du Sénat US qui avait un dossier contre Nixon, tous des faux jetons, des gens déloyaux!

 

 

Quelle idée a eu cet idiot de s’immiscer in extremis dans le processus électoral en soupçonnant la candidate démocrate de malversations? Quand, on pense qu’il aurait pu ainsi influencer le cours de l’histoire en favorisant le candidat républicain qui allait de toute manière gagner par la seule force de son programme et de ses arguments verbaux et gestuels?

 

Heureusement, que les Russes y ont mis le holà dans cette affaire et ont ainsi permis que ce dévoiement électoral ne puisse avoir lieu. On {Je, Trump} peut ainsi leur être éternellement reconnaissants d’avoir rétabli l’équilibre du jeu électoral.

 

Quant à ces soi-disant entretiens avec des Russes avant les élections de novembre 2016, c’est tout à fait idiot. Oublie-t-on dans la presse aux fake news qu’un candidat et futur président américain peut également être un homme d’affaires prospère, le père d’une femme d’affaires prospère et le beau-père d’un homme d’affaires – dans l’immobilier, tiens-tiens! – tout aussi prospère. Normal qu’on se parle entre partenaires du bizness et les Russes sont aussi des businessmen, et cette idiotie d’un processus électoral et de soi-disant règles d’éthique ne changent rien au fait que les businessmen ont leurs propres règles et éthique, n’en déplaise à la Constitution américaine et aux loups affamés des médias de fake news.

 

Ce qu’il faut à la tête du FBI c’est un homme compétent, qui n’aura rien vu, rien entendu et ne dira rien. Point à la ligne! Et obéira au doigt et à l’œil dès qu’on tirera sur sa laisse. NA!

17:03 Écrit par ro-bin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.