23/03/2016

Ce n'est pas l'Islam qui nous combat, ce sont des crétins

Ce n’est pas l’Islam qui nous combat, ce sont des crétins

 

Certains – simplistes – pensent que c’est l’Islam qui s’attaque à nos valeurs, tue des enfants, adultes, vieux, hommes et femmes sans distinction.

 

C’est faux.

 

L’Islam est le faux habit dont se drapent ces crétins qui n’ont qu’une idée fixe : combattre les impies, les mécréants, les kafirs, les croisés {cf. la revendication d’hier de Daesh}.

 

Crétins ?

 

Oui. Nous avons connu, dans ce qu’il y a de meilleur de notre passé civilisé, des hommes et des femmes qui eurent des idées fixes : Gandhi, Martin Luther King, Mandela, Mère Theresa, plus près de nous Malala Yousafzaï. Ces idées fixes, qui n’excluaient nullement la présence d’autres idées, furent des moteurs, des vecteurs, des moyens, qui firent agir ces femmes et hommes d’exception, pour le bien de l’humanité, de populations, dont ils ou elles souhaitaient améliorer le sort. L’histoire a retenu leurs noms et les honore encore maintenant. Ce furent des géants dont l’ego se mit au service de l’humanité, des autres. Il y a d’autres formes d’héroïsme désintéressé, par exemple pensons aux médecins et infirmières de Médecins sans Frontières et de toutes ces ONG humanitaires qui œuvrent pour le bien de populations parmi les plus défavorisées, spoliées, meurtries par tant de conflits et de maladies endémiques.

 

Dans ces massacres d’hier en Belgique, ceux, nombreux en Turquie, ceux récents et de jadis à Paris {rappelons-nous ceux dans le métro et de la rue des Rosiers…}, ceux d’encore plus loin à Londres, Madrid, New York, qu’a-t-on vu? Des robots conditionnés par des tireurs de fil habiles, des exécutants lâches car ils se sont attaqués à des personnes sans défense. Petites frappes converties à un Islam radical voire intellectuels {notamment ceux des attentats du 11 septembre dont certains avaient fait des études supérieures}, qui succombent à la passion d’une seule idée : anéantir tous ceux qui ne pensent pas comme eux, soit anéantir au fond 99,99999999999999999999999999 % de la population mondiale.

 

Ce ne sont pas là des Don Quichotte, ou des redresseurs de torts. Ils font preuve du même crétinisme idéologique qui a animé jadis les membres de Baader-Meinhof, des Brigades Rouges {et là aussi, on y trouvait parfois des intellectuels}, ceux des CCC ou Action Directe. Ce ne sont pas là des soldats d’une armée. Ce sont des criminels, des lâches, des losers, des laissés pour compte, des abrutis sur le plan mental, des crétins, dont l’ego se gonfle par le pouvoir que des armes, des explosifs et le fait de tuer n’importe qui n’importe où à n’importe quel moment, leur donne, Comme si ce fait de tuer des gens souvent désarmés, en leur pouvoir, était la seule jouissance humaine dont ils fussent capables.

 

Jadis, on retrouvait ce type d’hommes et de femmes au café, piliers ridicules, à vitupérer contre tous et tout, ou dans des asiles d’aliénés où, en toute sérénité, ils pouvaient gueuler contre tout ce qui à leur sens ne marchait dans notre monde et dans leur vie. Ces crétins nous faisaient pitié, mais leur violence était uniquement verbale, celle du lâche fort en gueule.

 

Maintenant, grâce à internet, ces mêmes crétins ont accès à tout et peuvent à l’aise se laisser imprégner par n’importe quelle folle idée. À condition qu’elle soit simple, facile à comprendre, ne demandant pas trop d’efforts neuroniques. Et, miracle, cette idée simpliste, tuer tout ce qui ne pense pas comme eux, devient une arme non pas idéologique, mais de pouvoir. Subitement, ces crétins, ces losers, grâce à des réseaux organisés, se voient dotés d’armes et de la licence morale de tuer tous ceux qui ne sont pas de leur bord, enfants, femmes, hommes, vieillards, peu importe pourvu que le sang des mécréants coule.

 

Ce n’est pas une guerre. Ce ne sont pas de guerriers. Cessons d’utiliser ces termes qui les honorent bien trop. Ce sont des assassins, des tueurs, des lâches car ils n’oseraient jamais se mesurer à des membres de forces de l’ordre armés. Ce sont des décervelés en qui certains hommes démoniaques et habiles ont versé un poison qu’ils qualifient erronément de religion. Cette vision de l’Islam des intégristes est réductrice mais parle à ceux qui n’ont pas d’estime de soi, à ceux auxquels le miroir de la réalité ne renvoie qu’une image de ratés, de losers.

 

Gonflés ainsi par l’idée d’imposer la Charia à l’Europe, ces femmes et hommes {j’ai entendu hier Roland Jacquard, un spécialiste du terrorisme, dire à l’émission de Calvi qu’en France sur plus de 4.000 personnes réputées dangereuses, il y aurait 40 % de convertis, 30 % de femmes !} tuent, massacrent, sans pitié, sans humanité en eux, aveuglés par des chamans, des charlatans prétendument croyants qui les aiguillonnent et les poussent à l’odieux, à l’impensable, à tout ce qui est contraire à l’esprit et à la lettre de l’Islam qui a toujours professé de l’estime pour le christianisme et les apports du judaïsme {n’oublions pas que certaines figures antiques, tel Abraham, sont communes à l’Islam et au judaïsme}.

 

Mais, quand ils sont capturés, ces courageux djihadistes sont bien contents de se payer des avocats huppés et chers. Ils sont tout heureux de pouvoir disposer de tous les bienfaits d’une justice qui assure leurs droits à la défense. À ce moment-là, il n’est plus question pour eux de Charia car dans les pays où la Charia existe s’ils étaient déclarés coupables des crimes qu’ils commettent, ils seraient pendus, décapités ou tués par balles.

 

Leur attitude en tant que prisonniers montre aussi la vacuité, l’absence de toute idéologie sérieuse, l’absence de toute carrure intellectuelle et/ou mentale de ces crétins.

 

Des soldats, des combattants ? Des minables, des décervelés, des crétins.

 

Pas plus. Qui méritent des peines de prison à la mesure de leurs crimes de délinquants de droit commun, de petites frappes montées en grade.

 

 

Je suis peut-être cynique, mais je savais qu’un tel drame arriverait, tôt ou tard chez nous. Qu’il était inévitable compte tenu du climat général de haine parmi ces crétins de fous de Dieu. La seule question était de savoir quand, comment, où et quel nombre de morts cela ferait. Le gouvernement et la police sont toujours une guerre en retard chez nous, car l’avenir, outre d’autres attentats possibles, ce sont d’autres formes d’attentats, voitures piégées, attaques chimiques, bombes dans des lieux de loisir, de sports, voire des écoles, sur des marchés, dans des stades.

 

Y pense-t-on ? S’y prépare-t-on ?

 

J’en doute…

17:50 Écrit par ro-bin dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.