03/02/2016

CONSEILS GOUVERNEMENTAUX AUX MIGRANTS

CONSEILS GOUVERNEMENTAUX AUX MIGRANTS

 

La Belgique est un pays tolérant à l’égard de toutes les religions et pratique l’égalité des sexes. Cela veut donc dire que, dans l’espace public, une femme est l’égale de l’homme. La manière dont elle est traitée dans la sphère privée n’est pas une compétence du gouvernement sauf s’il y a plainte de l’intéressée devant les instances policières ou judiciaires compétentes à cet effet.

 

En public donc, dans la rue, au cinéma, au café, au magasin, abstenez-vous de regarder de manière fixe, lubrique ou baveuse, toute femme que vous rencontrerez. Ce ne sont pas là des objets de fixation érotique mais des êtres humains qui méritent votre respect.

 

Si une femme vous adresse la parole en public, ne la giflez ni ne la battez pas. En Belgique, une femme a le droit de s’adresser à un homme en public. Si, par hasard, une femme voudrait, d’une manière amicale et conforme à la politique de tolérance et d’accueil chaleureux de notre pays à l’égard des migrants, vous embrasser sur la joue, tendez l’autre joue, c’est conforme à nos mœurs. N’allez surtout pas vous plaindre d’impureté religieuse au bureau de la police fédérale ou municipale le plus proche, vous risqueriez d’y passer quelques jours pour enquête approfondie.

 

Si vous vous rendez à la piscine et que, par hasard, alors que vous êtes en maillot, votre regard rencontrerait une femme en maillot seyant ou bikini, ne vous étonnez pas, ce sont là des mœurs normales dans notre pays. Une femme a le droit d’exhiber sa chair même si cette chair abondante dépasse de tous les côtés en masses indécentes. Ce n’est pas de la viande de porc, donc ce n’est pas haram. Cela ne vous autorise nullement à toucher ces femmes sous prétexte que cela fait longtemps que… Ni d’exhiber votre propre émoi corporel. La morale traditionnelle réprime durement ces écarts corporels.

 

Quant aux enfants en bas âge, ne vous approchez pas d’eux et surtout de ces délicieuses petites filles, laissez cela aux spécialistes en la matière, les éducateurs et prêtres.

 

Notre pays vous accueillera de la manière la plus confortable possible. Vous aurez ainsi toute l’occasion de goûter à la proverbiale gentillesse et au professionnalisme belges. Tout loisir vous sera donné de dormir dans la rue, dans une tente fournie par des organisations bénévoles ou de faire la queue devant le bâtiment de Fedasil où vous sera communiqué une date de premier entretien.

 

La Belgique a votre bien-être à cœur. Si vous êtes mourant, dans le coma ou mort, ne vous en faites pas, la Belgique prendra en charge les frais médicaux et d’enterrement nécessaires. Si vous avez encore de la famille dans votre pays d’origine, ne leur dites pas de se précipiter en Belgique pour le regroupement familial, attendez d’avoir plus d’information sur le bien-fondé de votre demande d’asile. Retenez que la Belgique est un des pays au monde où une décision formelle d’acceptation ou de rejet de la demande d’asile est communiquée dans les délais les plus brefs ne dépassant jamais la durée de vie d’un individu.

 

Durant cette procédure, si on vous offre du travail et qu’on vous dit que ce sera en noir, ne vous déguisez pas en Africain, il s’agit là d’une formalité relative au versement des cotisations patronales qui ne sont pas de votre ressort. Et, si on vous offre un salaire que vous estimeriez inférieur à vos espérances, n’allez pas vous plaindre à la police, vous risqueriez de perdre votre liberté corporelle pendant un petit temps, le temps nécessaire à ce que l’enquête policière vous concernant aboutisse.

 

Si en rue, un policier vous interpelle et vous demande vos papiers, il est inutile de lui donner un bakchich pour qu’il vous laisse en paix. Les policiers en Belgique sont incorruptibles. S’ils contrôlent vos papiers, c’est qu’ils ont à cœur votre bien-être. Et, si par hasard, ils vous tapent dessus, ne leur posez pas la question de savoir pourquoi, ils ont des raisons que le secret de l’instruction ne leur permet pas de divulguer à n’importe qui, sauf aux parties concernées, mais cela n’est pas de votre ressort.

 

Si vous tombez amoureux d’une femme belge et qu’elle consentirait à vous épouser, méfiez-vous, beaucoup de femmes acceptent ce genre de mariage en tant que thérapie d’occupation, ce n’est pas dit qu’elles accepteront de devenir votre esclave dans l’intimité de la sphère conjugale, de ne plus jamais sortir non-voilée et de marcher cinq pas derrière vous lorsque vous serez ensemble dans la rue, ou de ne plus jamais manger des cervelas.

 

Si par hasard, vous décidiez de retourner dans votre pays d’origine, la Belgique s’engage à vous expulser dans les délais les plus brefs et sans technique d’étouffement par coussin sur le visage dans l’avion ou de prise d’étranglement au creux du coude en classe touriste.

 

Pour votre durée de séjour en Belgique, veillez à apprendre une des langues nationales : le français, le néerlandais, le west-flandrien, l’anversois, le limbourgeois ou le dialecte flamand de la région bruxelloise ou du Brabant flamand. Et, si vous éprouvez des difficultés à vous faire comprendre, pas de problème, n’oubliez pas qu’en Belgique un Limbourgeois qui parle dans son dialecte à un West-flandrien ne se fera pas plus ou mieux comprendre que vous.

 

Ah, encore un conseil, le chocolat et les frites sont des spécialités culinaires qui ont fait la renommée de notre pays, goûtez-y, mais prenez garde, l’État belge ne remboursera pas les soins de crises de foie.

 

Bon séjour dans notre Éden paradisiaque qu’est la Belgique fédérale !

 

On n’a pas de pétrole, mais on a des idées (devise nationale)

21:12 Écrit par ro-bin | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : satire politique |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.