06/09/2015

AYLAN (2)

AYLAN (2)

 

Là où s’échouent les vagues,

Là où l’embrun ternit le sable,

Là où commence et finit un pays,

Là mourut un jour un rêve.

 

Alors que les enfants rêvent

De jouer, de babiller, de rire;

Dans d’autres pays, d’autres

Enfants ne rêvent plus car là

On tue les rêves.

 

Toutefois, il n’y a pas que les rêves

Qu’on y tue; on tue aussi toute forme

Physique capable de produire des rêves,

Toute forme physique capable de respirer

Ou, plus simplement, d’exister.

 

Là où s’échouent les vagues,

Là où l’embrun ternit le sable,

Échoua un jour l’un de ces rêves

Brisés et le corps qui aurait pu,

Qui aurait dû,

Les imaginer.

 

Pauvre rêve tué dans l’œuf

Alors que le monde impuissant

Retient son souffle tandis

Qu’ailleurs en rient les despotes,

Les tueurs de rêves,

Les tueurs d’enfants.

 

17:31 Écrit par ro-bin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.