04/08/2015

Les Nouveaux Visages de la Barbarie

Quand on examine la définition du mot ‘barbarie’, on voit que c’est le fait de peuple, peuplades ou individus non civilisés, posant des actes contraires au goût, aux valeurs ou d’une extrême cruauté {Petit Robert}.

 

On a souvent parlé de l’État Islamique ces derniers mois, le qualifiant de mouvement terroriste et barbare car il tue une majorité de prisonniers mâles, soumet à l’esclavage, au mariage forcé ou à la débauche les jeunes femmes capturées et chasse des peuplades entières de son habitat naturel (exemple, les Azeris, les Kurdes, les Shiites).  On peut dire la même chose du groupe Boko Haram au Nigéria ou de ces autres groupements dans des pays d’obédience musulmane s’inspirant de l’EI pour pratiquer des enlèvements et/ou des décapitations.

 

Toutefois, si on examine l’actualité récente ou celle qui endeuille notre quotidien télévisuel depuis des années, on peut citer quelques exemples de nouvelles formes de barbarie.

 

En Cisjordanie, des Juifs {des colons sans aucun doute} incendient deux maisons de Palestiniens, brûlant vif un enfant de 18 mois et brûlant grièvement ses parents.  Les auteurs ont dessiné une étoile de David sur la façade de l’une des maisons et y ont écrit en hébreu le mot ‘Vengeance’.  Un acte de vengeance – et de barbarie – en représailles de la décision du gouvernement israélien de chasser des colons juifs de maisons palestiniennes qu’ils squattaient illégalement dans cette région palestinienne.

 

À Jérusalem, un Israélien ultra-orthodoxe poignarde 6 jeunes gays qui participaient à la Gay Pride {une victime de 16 ans est décédée dans l’intervalle}.  Fait troublant, il avait purgé une peine de 12 ans de prison pour le meurtre d’homosexuels dans des circonstances semblables, venait d’être relâché de prison.

 

En Syrie, Bashar el-Assad bombarde, mitraille, gaze des peuplades entières de ses propres citoyens et, ainsi, les renvoie aux temps des troglodytes.  Son armée et ses services secrets ne font des prisonniers que pour les torturer et quand il s’agit de médecins ou d’infirmiers, ils sont tout de suite tués car soigner des ennemis blessés est un crime pour ce genre de monstre. 

 

Cela fait penser à Staline qui, avant de conquérir les ‘pays de l’Est’ a déclaré la guerre à son propre peuple, envoyant des millions de ses propres citoyens dans les camps du Goulag où ils étaient soumis à l’esclavage économique, à la diète alimentaire et à un minimum de soins sanitaires.  À Hitler aussi qui, lui, avait étendu sa haine des autres aux peuples européens, principalement slaves et juifs.

 

Chez nous après la tuerie au musée juif de Bruxelles, en France, les tueries de Merad, l’attentat contre Charlie Hebdo, le comble de la barbarie a été atteint quand un employé musulman a décapité son patron et a exposé sa tête, se revendiquant des barbares de l’EI.

 

En Russie, être gay est presque un délit et participer à une Gay Pride constitue un danger pour sa vie.  En Russie, être opposant au régime de Poutine constitue aussi un danger, surtout si l’on est en vue et populaire.

 

En Allemagne, chaque jour au moins un centre de réfugiés {migrants} est attaqué par des groupements néo-nazis et cette tendance est en augmentation.

 

Aux USA, le fait d’être noir et de contredire un policier blanc, quelles que soient les faits et circonstances, constitue un danger pour sa propre survie.  Quand on pense qu’une jeune Noire, une simple automobiliste {qui s’est pendue en prison d’après le résultat de l’autopsie} a justement séjourné trois jours en prison pour ne pas avoir signalé qu’elle allait changer de bande!

 

Au Proche-Orient, en Afghanistan, dans l’Est de l’Afrique, dans les pays du Maghreb, en Libye, des hommes sans vergogne encaissent des sommes colossales pour envoyer le plus de gens possible sur des rafiots, ces ‘migrants’ quand ils échappent à une mort parfois certaine étant voués à la misère une fois arrivés en Europe mais de toute façon à une vie dans la précarité et, le plus souvent, sans la garantie d’un droit à la sécurité sociale.

 

Un dentiste américain paie 50.000 dollars pour avoir le privilège d’abattre un lion qu’il touche après un tir de carabine et qu’il poursuit durant 40 heures, l’achevant à la flèche, puis il poste – fièrement – la photo sur un des réseaux sociaux.  D’après les photos diffusées à la suite de cet acte barbare, on s’est aperçu qu’il est loin d’être le seul, plein de gens – des barbares des temps modernes – trouvent cela exciting.

 

Et nous qui pensions qu’avec l’avènement du XXIe siècle toute forme de barbarie humaine aurait disparu, nous voilà entraînés dans une nouvelle spirale de violence gratuite, souvent d’origine confessionnelle, politique ou purement raciste, qui n’augure rien de l’avenir.

 

 

12:06 Écrit par ro-bin | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.