21/04/2014

La Wallonie est en bien meilleure position qu'on le pense

En tant que Wallon de souche, fier de ma Région, je me dois de contredire le Sieur ro-bin.  Non, la Wallonie n’est pas du tout ce qu’il en dit, la Wallonie est prospère, peuplée de travailleurs, de lève-tôt, de gens courageux.

 

Évidemment que le matin on ne voit personne dans les villages wallons.  Tous les Wallons en âge de travailler sont sur le lieu du travail: les ouvriers des grosses usines métallurgiques bloquent les entrées car ils sont en grève, tandis que certains de leurs camarades séquestrent les vendus de patrons qui veulent supprimer l’outil de ceux qui n’aspirent qu’à travailler.  Sur d’autres lieux de travail, les ouvriers, conducteurs et contrôleurs de la SNCB ont débrayé et bloquent les lignes de chemins de fer de Charleroi, Liège et Namur, croyez-moi, ro-bin, ils sont là au travail et dès cinq heures du matin pour être sûr qu’aucun train ne circulera.  Dans certains dépôts des TEC, on a déposé l’outil également car un camarade qui avait volé dans la caisse a reçu son C4 pour faute grave.  Impensable comme certains patrons ont encore des réflexes du 19e siècle!  Dans les grandes surfaces aussi, les travailleurs sont actifs pour empêcher que des clients fassent gagner encore plus d’argent à ces vendus de patrons au détriment des légitimes demandes de hausse de salaire de ceux qui travaillent vraiment plutôt que ces pourris d’actionnaires.  Quant aux ouvriers communaux des services de voirie de certaines communes parmi les plus émancipées du pays, Charleroi, La Louvière, Liège, eh bien, ils se croisent les bras sur le lieu du travail car on leur demande de ramasser toutes les saletés du pays et eux aussi ils ont leur dignité, ce ne sont pas des boueux, à ce que l’on sache!  Et dans les prisons, les matons, croyez-moi, ro-bin, sont également sur le lieu du travail.  Ils sont devant les portes des établissements pénitentiaires et ils conspuent les policiers venus les remplacer, car ils ont eux aussi le droit à la grève que je sache, ro-bin. Et, parfois et à juste titre, à l’appel des syndicats, il y a de justes grèves générales et les Wallons, comme il se doit, comme un seul homme, bloquent les entrées des secteurs industriels, les routes, les autoroutes.  Les chauffeurs de camions wallons – ce qui en reste -, les agriculteurs, les producteurs de lait, n’hésitent jamais, eux aussi, à mettre la main à la pâte quand il le faut. La grève, la séquestration de patrons, le blocage des rails, des routes et des entreprises, cela est repris dans la déclaration universelle des travailleurs à ce que je sache!

 

Et, un peu partout dans les moyennes et grosses entreprises comme dans les entreprises d’utilité publique de ce pays wallon qui sent si bon la sueur du travail, on assiste à des réunions syndicales diverses, on écoute des orateurs dire aux ouvriers tout ce que ces vendus de patrons et d’actionnaires à la noix ont fait de mal, font de mal, ou feront de mal et déjà (car on est malins en Wallonie, croyez-moi, cher ro-bin), on prépare déjà les prochaines grèves, on a des plans d’inaction à long terme. 

 

Et, dans les administrations wallonnes, s’il est juste qu’il faut une carte de parti pour y entrer, ce n’est pas pour rien.  Le parti socialiste a une expérience de pouvoir et de bonne et saine gestion en bon père de famille, pourquoi engager des gens qui penseraient bleu, orange ou vert, ce sont des gens qui’ n’ont pas eu cette pérennité de pouvoir qu’ont les classes représentatives des travailleurs.  Et puis, c’est évident qu’il faut parfois attendre 2 ans avant de recevoir une réponse à un courrier en Wallonie, parce qu’en Wallonie, les fonctionnaires sont des lettrés, des gens cultivés, qui s’attachent à l’esprit de la lettre, qui savent que pour toute question, il y a au moins deux ou trois voire quatre opinions, donc, ils ont décidé ces fonctionnaires intelligents de laisser le temps décanter la question, comme cela au bout d’un délai raisonnable – en bon père de famille - de deux ou trois ans, on saura laquelle de ces deux ou trois voire quatre opinions sera le mieux à même de répondre aux besoins du citoyen, dans le plus strict respect des lois et règlements wallons. 

 

Quant aux prétendus fonctionnaires soûlards, il suffit de penser aux résultats de foot du Standard, au nombre microscopique de coureurs cyclistes wallons, à nos quatre athlètes olympiques wallons (dont une sanctionnée pour sniff-sniff) pour comprendre que pour certaines âmes sensibles, il n’y a d’autre recours que la boisson.  Que celui qui n’a jamais avalé la première bière leur jette le houblon…

 

Non, ro-bin, les Wallons ne sont pas des rouspéteurs.  Comme ils sont plus intelligents que les Flamands, c’est normal qu’ils examinent plus en détail les problèmes qui se posent à eux, que ce soit sur le plan économique, culturel ou financier.  Les Flamands, germaniques d’origine, appliquent à la lettre tout ce qu’on leur a pondu comme législation, comme des bêtes, sans réfléchir, aussi absconse fût-elle leur législation, ils obéissent (Ordnung muss sein, comme disaient les boches).  Nous, en Wallonie (cogito, ergo sum!), nous tenons à l’esprit l’exemple des nazis qui ont appliqué à la lettre toutes ces mesures illégales et génocidaires sans jamais se poser des questions métaphysiques.  Nous, Wallons, nous n’appliquons pas bêtement une loi ou un règlement, nous réfléchissons et si une loi ou un règlement est idiot ou contraire au bon sens, à la gestion du bon père de famille, nous fermons les yeux et faisons comme s’ils n’existaient pas.  Nous ne rouspétons que contre les patrons, les exploiteurs de main d’œuvre au rabais, contre les membres de la nomenklatura économique qui nous sucent le sang et les forces vitales. 

 

Et, ro-bin, les Wallons ne sont pas des fraudeurs.  Ils appliquent le même principe d’équité pour les lois et règlements qu’ils jugent iniques ou contraires aux intérêts des citoyens.  Ce n’est pas de la fraude, cela, c’est de la résistance civile – ou de la défense passive - un peu comme le firent les Noirs dans les années 60 aux States.  Il ne faut pas confondre fraude et progressisme, cher

ro-bin.  Quand en Wallonie, on travaille au noir, quand on escamote des revenus du travail, c’est parce que l’on sait très bien que l’État-Providence fédéral nous a imposé une des fiscalités les plus lourdes au monde, donc, en tant que démocrates, nous les Wallons, nous avons décidé de redistribuer les revenus bien mieux que ces Flamins au pouvoir ne l’ont jamais fait.  Nous anticipons ce que l’État fédéral est incapable de faire.

 

Ro-bin, vous critiquez l’état des routes en Wallonie, mais c’est fait exprès!  Des études scientifiques ont démontré que des routes en parfait état conduisent à la somnolence, au relâchement des facultés d’attention et, partant, sont porteurs d’accidents routiers.  En Wallonie, un conducteur doit rester éveillé et attentif à 100 % durant tout le temps de conduite. Un moment de relâchement de l’attention, le conducteur tourne la tête à droite pour répondre à madame, il change le CD dans le lecteur, il engueule le clebs à l’arrière, il tourne la tête à gauche pour zieuter une blonde dans une Mercedes qui le dépasse, et pan, la voiture est dans le décor. Et après cela, aucun problème, car les entreprises de dépannage sont privées et, donc, rarement en grève.

 

Et vous dites, ro-bin, qu’en Wallonie il y a très peu de radars.  Non, ro-bin, il y a peu de radars en Wallonie car les Wallons respectent les vitesses; ils savent lire et écrire les Wallons, ils savent déchiffrer un panneau routier, bien mieux que ces abrutis de Flamins qui roulent comme des sauvages et ne respectent rien car ce sont des sauvages analphabètes. C’est la jungle en Flandres, la brousse, on fait n’importe quoi, on roule encore comme du temps du Congo quand tout y était permis là-bas, tandis qu’en Wallonie, nous avions déjà des voitures et les conduisions déjà nos voitures alors que les Flamands vivaient encore dans leurs fermes à regarder les vaches brouter leur herbe.

 

Mais là où la Wallonie l’emporte largement sur la Flandre, c’est sur le plan des libertés essentielles.  En Wallonie, tout le monde est libre de parler la langue qu’il veut où il veut quand il le veut.  Je viens d’apprendre qu’en Flandre, on veut interdire aux bambins et pioupious étrangers de parler une autre langue que le flamin dans les cours de récréation, à l’invite de la N-VA, les champions de la démocratie.  Chez nous, si les petits Turcs, Marocains ou Tsiganes veulent parler leur langue maternelle dans la cour de récré, pas de Big Brother qui va venir les houspiller et les punir.  Chez nous, les Wallons ont le droit à la malbouffe, ils ont parfaitement le droit de s’empiffrer et d’être en mauvaise santé sans que personne ne les regarde de travers ou ne veuille leur retirer des allocations quelconques ou réduire la participation au tiers payant.  Nous, les Wallons, nous revendiquons le droit d’être gros, laids, de fumer et d’être en mauvaise santé, sans complexes.  Nous sommes comme nous sommes, à prendre ou à laisser.  D’ailleurs quand ce sont les soldes en Wallonie – les Walllons, économes dans l’âme n’achètent qu’aux soldes -  et que vous désirez acheter des vêtements, vous constaterez vite que les seules tailles qui manquent le plus rapidement sont celles > XL ou XXL, car nous profitons de la vie, nous, c’est pas comme les Flamins qui se crèvent pour les enfants, nous notre fric nous le dépensons de notre vivant, nous n’épargnons pas pour les générations suivantes, nous bouffons bien, buvons bien et profitons de ces moments qui nous ont été donnés (pas par Dieu car on n’est pas calotins en Wallonie).

 

Non, ro-bin, ne restez pas calfeutré dans le Brabant wallon (peuplé de Brusseleirs et de Flamins expatriés), venez nous voir dans notre habitat naturel à Dinant, Namur, Charleroi, Liège, Tournai ou la Louvière, Durbuy.  Vous ne le regretterez pas.  Dans ces villes, quand vous vous asseyez à une terrasse de café, déjà rien que l’accueil vous séduira, pas de mines bougonnes et soupçonneuses comme en Flandre (ciel que va-t-il me demander, cet étranger, je vais perdre la face!), non du vrai service, du know-how wallon (les serveurs sont rarement en grève en Wallonie, ce sont les caisses enregistreuses qui le plus souvent font la grève sur le tas) et des bières du cru de qualité, des frites de chez nous, des steaks qui n’ont pas été nourris aux hormones.

 

La Wallonie c’est le paradis  sur Terre, l’Éden avant qu’on n’en chasse Ève et Adam et les Flamands.  Le seul problème c’est que ce paradis est souillé par tous ces Flamins qui y viennent à Dinant et à Durbuy et en Ardennes, et à Liège et qui sont bruyants, s’habillent chez Zeb (la mode pour les totoches de 70 berges qui veulent donner l’impression d’être adolescentes), parquent leurs BMW, Mercedes ou Audi de luxe n’importe où, parlent en flamin entre eux (on ne les comprend donc pas et on ne sait pas s’ils ne cassent pas du sucre sur le dos des Wallons) et qui nous regardent de haut, nous les Wallons courageux et travailleurs.

 

Informez-vous, ro-bin, sur la Wallonie, vous verrez que cette contrée est jalousée dans le monde entier, tant elle est prospère, battante, une vraie locomotive de l’économie mondiale et puis avec le plan Marshall, nous venons de dépasser le PIB du Bangladesh, du Congo…

16:23 Écrit par ro-bin | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wallonie |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.