02/01/2013

Absurdistan Belgique de fin d'année 2012

Pour commencer, mes meilleurs vœux pour 2013 à ceux qui ont le courage et la persévérance de me lire…

                                                        *

Quelles perles a-t-on pu trouver en Absurdistan Belgique en cette fin d’année 2012 ?

 

Tout d’abord la fin du monde selon le calendrier des Mayas.  Ce qui est absurde dans toute cette histoire, ce n’est pas cette fin du monde annoncée mais l’énorme battage médiatique autour de ce non-événement.  La DH en a fait des choux gras, les chaînes de télé ont embrayé sur des émissions catastrophe terminale.  Faits et émissions qui ne peuvent intéresser que les faibles d’esprit car comme on le sait parfaitement, la Terre mourra un jour mais quand cela se produira nul n’aura prédit la date exacte que celle-ci soit éloignée de 300 ans ou de 5 milliards d’années.

                                                        *

En zappant un soir avant d’aller dormir, j’ai vu des extraits du Bêtisier de la RTBF.  Pourquoi en faire une spéciale ?  N’est-ce pas le bêtisier en permanence au sein de la chaîne publique, comme par exemple si on examine le programme du réveillon de l’An nouveau sur la 1ère : « Comme chien et chats » une comédie, puis « Les animaux amoureux », un film documentaire, enfin  « Roberto Alagna chante Luis Mariano », un concert de 2005.).  Pas étonnant comme le disait la DH récemment que la RTBF plaise de plus en plus à un public jeune.  Jeune comme synonyme de bêtisier permanent.

                                                        *

Le nouvel échevin anversois Marc Van Peel, celui qui a fait office de Judas puisqu’il a dénoncé l’accord signé avec les socialistes d’Anvers (liste unique) pour rejoindre les rangs du Nouvel Archange de la Flandre Combattante (N-VA ne veut-il pas dire au fond « Nieuwe Visie voor Antwerpen » ou Nouvelle Vision d’Anvers ?) y a été d’emblée très fort dès le début même de son mandat, il a indiqué les trois mots de flamand que les non-néerlandophones devraient apprendre quand ils aménagent dans une habitation sociale (De Standaard du 19/12/2012) : vuilniszak-afval-proper (sac poubelle, déchets ménagers, propre).

 

Voilà.  Ce sont des étrangers (des gens qui ne causent pas le flamin), donc ce qu’on leur demande de retenir en premier lieu, au lieu de ‘bonjour’, ‘au revoir’, ‘merci’, ‘je vous en prie’, ce sont des termes liés à la saleté et à la propreté, parce que c’est connu tous ces étrangers sont sales et les Flamands doivent leur apprendre les bonnes manières.

 

On sait que pas mal de gens mal inspirés associent fréquemment les étrangers à de la saleté, Hitler était un des plus connus précurseurs de ces thèses racistes fondées sur la propreté (n’a-t-il pas dit dans Mein Kampf que les Juifs étaient une tuberculose pour l’Europe ?).  La Flandre bien-pensante se serait-elle soudain mise au diapason de thèses racistes sous couvert de Mr Proper ?  Et pour les amateurs de psychologie sur le terrain (dont je suis), cette insistance sur des mots relatifs à la saleté, ou son opposé dialectique la propreté, fait penser à des natures coincées au stade de développement anal.  Dont Hitler fut l’un des cas d’espèce les plus représentatifs. Ces natures ayant une sainte horreur de la saleté et professant une hygiène parfaite.

 

Par contre Kris Peeters, lui déclarait « Il y a bien trop de pisseurs de vinaigre dans le monde des entreprises. » (‘azijnpissers’ dans l’original, De Standaard des 22-23 décembre 2012), mais cette phrase punch signifiait en fait que ce n’est pas en rabâchant qu’on vaincra la crise annoncée de 2013.

 

Et maintenant je comprends aussi pourquoi à Anvers on a tout de suite décrété qu’il fallait bien plus de caméras dans les rues de cette métropole.  À mon avis c’est pour savoir si les étrangers ayant aménagé dans une habitation sociale ont bien retenu (et le répètent à haute voix en rue) les trois mots flamands clés de l’intégration réussie, et aussi de constater de visu si des entrepreneurs flamands ne pissent pas du vinaigre dans les rues de la future capitale d’une Flandre propre et indépendante.

                                                        *

J’ai vu récemment une superbe émission bien fignolée sur la RTBF (oui, j’avoue, je m’avoue vaincu !) consacrée à la tuerie de masse du 13 décembre 2011 à Liège.  Les enquêteurs et réalisateurs de l’émission ont bien fait leur travail.  En 2003, le tueur avait violé une femme handicapée.  Il a écopé de 6 mois de prison ferme.  Plus tard, alors qu’il cultivait du cannabis chez lui, il a écopé de 42 mois plus 18 mois pour détention d’armes illégales (il avait 28 armes en tout dont 19 illégales !).

 

Vous avez vu le topo en Absurdistan Belgae ?  Violer une femme coûte moins cher en termes de prison que de cultiver du cannabis ou, même, de détenir des armes illégales.

 

Comme quoi notre pays il faudra bientôt le ranger plus bas que l’Afghanistan, l’Iran, le Pakistan et nombre d’émirats ou royautés arabes pour ce qui concerne le statut de la femme. 

 

J’ai bien aimé aussi les réponses évasives du Procureur de Liège en charge du dossier, confronté à des faits troublants, répondant imperturbable que tout était ‘sous couvert de l’instruction’.  La sacro-sainte instruction synonyme de silence radio.  

 

Comme quoi dans le monde de la Justice belge, l’hermétisme est encore toujours de mise, le « secret de l’instruction » étant un terme qui a surtout pour signification qu’il ne faut pas communiquer et surtout pas aux ayants-droit des victimes.

 

N’est-ce pas en URSS jadis que Mikhaïl Gorbatchev a dit qu’il fallait plus de glasnost (transparence) et de perestroïka (reconstruction) ?  Dommage qu’il n’ait pas été belge !

                                                        *

La CULTURE (vous savez bien ce truc pour lequel ce cher vieux Goebbels disait que quand il entendait ce mot – die Kultur ! – il sortait son revolver) est un terme bien galvaudé.  Pour un oui pour un non, on affuble du mot culture des émanations de sociétés, des divertissements, qui à mon sens ne sont que du vinaigre comparé à un champagne millésimé.

 

Tout d’abord, de quoi parle-t-on au juste ?

 

Le 2e sens du mot ‘culture’ est : « Ensemble des aspects intellectuels propres à une civilisation, une nation. ».

 

Pour la Flandre ce serait donc  ‘sac poubelle’, ‘déchets’, ‘propre’, pour l’Allemagne ‘nazisme’, ‘Shoah’, ‘Hitler’ et pour la Belgique ‘frites’, ‘drache’, ‘Mannekens-Pis’.

 

Voyons cela dans la pratique, dans Moustique des 22-28 décembre 2012, sous le titre « Pourquoi être cultivé’ on parle d’un bouquin qui donne des trucs à retenir pour ne pas paraître nul quand on est à table entre amis ou qu’on veut draguer une nénette et qu’on désire avoir l’air d’un génie.  Dans le sous-titre « Parce que ça rassemble » on nous dit «Desperate Housewives, les livres de Michel Houellebecq, Avatar, vous pouvez trouver que c’est bien ou pas bien {quelle superbe lapalissade, nous baignons dans l’intello haut degré de compréhension ! remarque cynique de ro-bin}, mais en tout cas, vous devez en avoir entendu parler parce que ça repose sur des références communes. »

 

N’oublions pas qu’on parle ici de « culture » et qu’associé à ce beau mot on parle tout de même dans la définition ‘des aspects intellectuels propres à une civilisation, une nation’.

 

Intellectuel vous avez dit ?  Vite que je sorte mon revolver !  Desperate Housewives est donc l’équivalent de Beethoven, de Wagner ou aux States du jazz façon John Coltrane ?  Avatar est donc l’équivalent du « Cuirassé Potemkine », du « Septième Sceau » de « Viridiana » ?

 

Restons dans le domaine de la Culture (avec une majuscule vu que c’est intello donc pour une élite), dans le Soir Magazine du 29 décembre on fait le point des faits marquants de 2012 avec deux vedettes phares du journalisme façon télévisée ; Nathalie Maleux de la RTBF et Luc Gilson de RTL-TVI.  Quels ont été parmi certains les faits marquants du point de vue de la culture pour ces deux personnalités ?

Nathalie Maleux : ‘Skyfall’ (le film, dernier cru de James Bond), ‘le retour sur scène des Rolling Stones’, ‘Liège Expo 2017 : dommage’ (deux autres faits pouvaient à la rigueur ressortir à de la culture traditionnelle)

Luc Gilson : ‘La culture Tweet’, ‘la disparition de Larry Hagman (Dallas)’,’ les 100 ans du Titanic’ (il a également cité sa rencontre avec Musso, je lui laisse l’ombre d’un doute pour ce fait-là).

 

J’en suis renversé, je remonte de dessous la carpette (comme avait dit jadis un présentateur de France Musiques après l’écoute d’un des meilleurs morceaux de John Coltrane, « Wise Man » si je m’en souviens  bien), ces deux personnalités sympathiques parlaient bien de « culture » au sens goebbelsien du terme.

 

Kultur afé-fou ti ?

 

Si on continue de la sorte on dira des gens qui envoient des tweets que ce sont des écrivains et de ceux qui les lisent que ce sont des amateurs de littérature ; quant aux inconditionnels de Johnny ou des Stones on dira d’eux que ce sont de fins mélomanes ! Et pour ceux qui aiment Johnnhy ou les Stones, il ne serait peut-être pas inutile d’aller aux racines de ce qui les ont inspirés, le blues rural, les premiers disques de blues du south Side de Chicago, etc.

 

Du temps de mes études (a long time ago), on parlait souvent de « plus petit commun dénominateur » et ce qu’on voulait dire à l’époque, c’était qu’il fallait mettre les choses au niveau de compréhension le plus bas, études, connaissances culturelles, éducation, etc. afin de permettre au plus grand nombre possible d’arriver à un niveau de compréhension standard, donc d’apprendre et d’évoluer.

 

Donc sans me faire moraliste mais en intellectuel cultivé, je me dis que si des personnalités, journalistes de surcroît dont l’influence sur la population n’est pas à dédaigner, n’ont rien d’autres à mentionner comme faits marquants pour 2012, en tant que références culturelles à citer, que ces âneries people, il faudra malheureusement abaisser nos critères quant à la culture.  Admettre que « Koh-Lanta », « The Voice of Belgium », « Belgium’s got talent » sont les équivalents contemporains de Proust, Wagner, Ingmar Bergman, Dali et Picasso.

 

Il va donc falloir que j’achète en vitesse (ou me fasse offrir) le « Kit du 21e siècle » pour enfin découvrir « tout ce qu’il faut savoir pour être un type bien à table le samedi soir ou lors d’un plan drague.  Les livres à la mode, la dette de la Grèce, l’art contemporain, les pirates informatiques, les pays émergents… » (cf. Moustique des 22-28 décembre 2012).

 

Comme quoi on peut naître idiot mais il y a des remèdes avant de mourir idiot.

11:41 Écrit par ro-bin dans Général, Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : culture, opinions de people |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.